Comment réparer le chauffage de la piscine tombé en panne?

Vous voudriez bien bénéficier d’une eau à température agréable dans votre piscine tout au long de l’année – ou tout au moins une grande partie de l’année. Seulement, comme toute machine et tout dispositif soumis à un travail plus ou moins continu, le chauffage de la piscine peut rencontrer divers problèmes.

Ceux-ci peuvent déboucher sur un dysfonctionnement et même parfois un arrêt complet du système avec tout ce que cela comporte de désagréments. Y a-t-il moyen de résoudre ces problèmes pour jouir à nouveau des avantages qu’une piscine chauffée procure ?

Les différents types de chauffage de piscine

Vous avez le choix entre 5 types de chauffage dont les performances se valent mais dont les conditions d’utilisation ne sont pas tout à fait les mêmes. Les coûts peuvent alors différer de façon très sensible.

Le chauffage électrique

Le chauffage électrique est particulièrement adapté au chauffage de la piscine. Il a l’avantage d’être d’un prix abordable à l’achat et il est très simple à installer. Le principe du chauffage repose sur une résistance qui chauffe l’eau dans le  circuit du système de filtration de la piscine. Le hic de cette installation est le coût de la consommation d’électricité. Le prix des chauffages électriques pour piscine se situent entre 200 euros et 1000 euros.

La chaudière

La chaudière à gaz peut aussi bien servir pour chauffer la maison que la piscine. Elle a l’avantage de chauffer l’eau rapidement. Le principe de la chaudière à gaz est le même qu’une chaudière traditionnelle en ce sens c’est la combustion du gaz qui réchauffe le circuit d’eau du chauffage central. Le système exploite toute l’énergie contenue dans les fumées de combustion qui contiennent de la vapeur d’eau. En se condensant, la vapeur d’eau libère de la chaleur. L’eau se réchauffe grâce à cette énergie. Particulièrement performante pour fournir une eau de bassin agréable pour prolonger les plaisirs de la baignade, la chaudière existe sous différentes marques  et sous différents modèles. La fourchette de prix d’une chaudière est de 3000 euros à 5000 euros.

La pompe à chaleur

La pompe à chaleur des décline sous deux types :

  • La PAC air/eau
  • La PAC sol/eau

Cher à l’achat, la pompe à chaleur rentabilise votre investissement par le fait que c’est le système de chauffage qui obtient le meilleur rendement. En effet, la pompe à chaleur produit 4 fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme. A terme et au gré de son utilisation, la PAC se révèle peu coûteuse mais il faut compter au moins 2000 euros pour en acquérir une. La pompe à chaleur puise les calories contenues dans l’air pour les restituer dans le circuit sous forme d’air chaud.

Vous pouvez ne l’utiliser que pour la piscine mais vous pouvez tout aussi bien vous en servir comme chauffage de la maison et de la piscine en même temps. Cette dernière option est plus chère car son prix peut culminer à 15000 euros.

L’échangeur thermique

L’échangeur thermique vient en complément au système de chauffage que vous avez déjà. Il est d’un prix abordable et il est facile à installer. L’échangeur thermique convient bien au chauffage de votre piscine si votre système utilise une chaudière. Le principe consiste à transférer les calories de l’air ambiant dans l’eau de la piscine qu’il chauffe. La seule contrainte de cette installation est qu’elle doit être à proximité de la piscine. Le prix d’achat d’un échangeur thermique va de 400 euros à 4000 euros.

Le chauffage solaire

Moyen économique et écologique pour chauffer l’eau de votre piscine, le chauffage solaire consiste en un circuit hydraulique en tube de propylène noir greffé sur le système de filtration et qu’il faut installer à proximité du bassin de la piscine. Les chauffages solaires sont relativement accessibles car vous pouvez en acheter pour 600 euros et si vous avez l’âme d’un bricoleur, vous pouvez même en fabriquer.

Le chauffage de piscine le plus utilisé : la pompe à chaleur

Les pannes les plus courantes et relativement faciles à solutionner concernent surtout la pompe à chaleur. Dans son principe de fonctionnement, 4 éléments constituent les points d’achoppement qui méritent d’être vérifiés en premier :

  • l’évaporateur, pièce qui capte la chaleur de l’environnement liquide pour la transmettre au fluide frigorigène qui en chauffant se transforme en gaz;
  • le compresseur, élément qui récupère le fluide frigorigène qu’il comprime pour en dégager de la chaleur sous forme de gaz chaud;
  • le condenseur, dispositif qui récupère la chaleur comprimée dans le gaz pour la diffuser dans l’eau qu’il réchauffe alors. Au contact avec la source chaude, le gaz se refroidit et revient à l’état liquide, ce qui provoque alors la condensation;
  • le détendeur, dernier dispositif où la pression est basse; la température du liquide baisse alors jusqu’à -20°C.

Ces 4 éléments perpétuent un cycle pour produire un système de chauffage.

Quels problèmes rencontre-t-on généralement ?

La pompe à chaleur est très sollicitée en hiver alors qu’en été, elle est, comme qui dirait, en chômage technique. Quand la panne arrive, c’est toujours au mauvais moment car c’est au moment où l’eau chauffée est la plus désirée qu’elle manque.

Avec les nouveaux modèles, il est beaucoup plus facile de détecter l’origine de la panne car la PAC est équipée d’un écran digital qui affiche chaque type de panne.

Si le compresseur ne démarre pas

Il est fort possible cela vienne d’une panne d’électricité ou du disjoncteur qui a sauté. Il faut alors éteindre et réarmer le disjoncteur. Quand il fait très froid, l’efficacité de la pompe à chaleur est insuffisante, elle sollicite alors les éléments de chauffage d’appoint qui s’allument automatiquement à partir de -5°C, ce qui provoque un pic de démarrage qui peut faire sauter le disjoncteur.

Si le compresseur est bruyant

C’est que l’huile vient à manquer – ou qu’il en a trop – à moins que ce ne soit les pièces mécaniques qui montrent leurs limites du fait de leur vétusté. Vous entendez alors des bruits de frottements qui annoncent la panne. Les bruits peuvent venir des roulements morts  du moteur ou des conduits ou des pièces mobiles.

Si le détenteur est bloqué

C’est qu’il y a un défaut de pression. La solution est de vider entièrement le circuit pour remplacer le gaz.

S’il y a défaut d’alimentation ou de connexion

Si un défaut d’alimentation ou de connexion survient au niveau du compresseur, vous pouvez utiliser un capteur de surchauffe ou  un détecteur de baisse de tension pour mettre le dispositif à l’abri des anomalies.

S’il y a cuivrage du circuit

Il arrive qu’en utilisant une huile autre que celle recommandée par le fabricant, le circuit soit pollué. Pour éviter le cuivrage, il convient de s’en tenir aux consignes d’utilisation du fabricant.

Si la pompe tombe en panne

Quand la pompe de la piscine tombe en panne, le problème concerne tout le système car l’eau n’est plus filtrée et n’est donc plus désinfectée par le dispositif automatique. L’eau ne peut alors plus être chauffée.

S’il y a une fuite

Une fuite peut provoquer un manque de fluide frigorigène. L’origine du problème peut  être l’usure des pièces. Si la fuite est légère, le remède consiste à colmater la partie fissurée. Ce problème requiert nécessairement l’intervention d’un professionnel. En tous les cas, le meilleur réflexe reste encore de contacter le service client de la marque ou le professionnel qui a installé la pompe à chaleur.

S’il y a obstruction de l’échangeur

Si l’échangeur est obstrué, c’est-à-dire que l’air ne parvient plus à circuler du fait de l’encrassement du système, il faut alors nettoyer le système parfois juste avec un peu eau savonnée.

Ce que les utilisateurs négligent souvent, c’est que la pompe à chaleur a besoin d’espace  pour son bon fonctionnement. Si l’évaporateur se situe à moins de 50 cm de tout autre élément, la panne peut survenir. De même, la pompe à chaleur ne doit pas présenter trop de salissures qui entravent à terme le fonctionnement de la grille d’évacuation.

Pour conclure

Pour jouir d’un confort et d’une sécurité optimale, il y a lieu de procéder à un entretien régulier de votre pompe à chaleur. Prendre soin du matériel avant la saison est une sage précaution à prendre.

Pour conserver un débit d’air confortable, vous avez intérêt à nettoyer régulièrement l’unité extérieure. Celle-ci est, en effet, à la merci de toutes sortes d’agressions extérieures dues aux feuilles de l’automne, des débris déposés par le vent ou le passage d’insectes et autres animaux.

Pour parer aux problèmes d’usure, d’oxydation des connexions électriques  et des performances énergétiques, vous gagneriez à recourir aux services d’un professionnel au moins une fois par an.